Catherine d'Alençon

Is your surname d'Alençon?

Research the d'Alençon family

Catherine d'Alençon's Geni Profile

Share your family tree and photos with the people you know and love

  • Build your family tree online
  • Share photos and videos
  • Smart Matching™ technology
  • Free!

Share

Catherine d'Alençon (de Valois)

Also Known As: "Catherine de Valois"
Birthdate:
Death: Died in Loire, Rhône-Alpes, France
Immediate Family:

Daughter of Jean II de Valois, duc d'Alençon and Marie d'Armagnac
Wife of Guy XV de Laval
Sister of René de Valois, duc d'Alençon
Half sister of Jeanne d'Alençon

Managed by: George J. Homs
Last Updated:
view all

Immediate Family

About Catherine d'Alençon

Catherine d'Alençon, (1452 - 18 juillet 1505, château de Montjean)

Sommaire


  • 1 Biographie
  • 2 Titres
  • 3 Mort
  • 4 Héraldique
  • 5 Notes et références
  • 6 Voir aussi

Biographie

lle est la fille de Jean II d'Alençon (Valois), Le Beau, duc d'Alençon, et Marie d'Armagnac, Catherine d'Alençon, par sa mère, était petite-fille d'Isabelle de Navarre et par son père arrière-petite-fille de Jeanne de Navarre, sœur du roi Charles III le Noble et de Pierre de Navarre, comte de Mortain.

Il ne faut pas la confondre avec sa grande-tante dont elle héritera, Catherine d'Alençon (1380-1462), successivement femme de Pierre de Navarre et de Louis de Bavière.

Elle se marie le 8 janvier 1461 (a.s.) avec Guy XV de Laval. Sans descendance. Veuve, elle testa et Voulut rendre son âme à Dieu, A Mon Jehan, moult beau lieu, le 18 juillet 1505. Elle est inhumée à la Collégiale Saint-Tugal de Laval.

Titres

Par ce mariage Guy XV devient ainsi le gendre du gentil duc des bataillons de Jeanne d'Arc et de sa seconde épouse Marie d'Armagnac - ainsi que le beau-frère de Marguerite de Lorraine. De son côté il est, par sa mère Isabelle de Bretagne,à la fois arrière-petit-fils de Jeanne de Navarre et arrière-petit-fils du roi Charles VI et d'Isabeau de Bavière.

On sait que l'acte par lequel le roi Louis XI constate les conventions matrimoniales entre François de Laval (i.e. le futur Guy XV de Laval, qualifié alors de sire de Gavre, titre réservé selon la coûtume familiale à l'héritier présomptif du chef de la Maison) et Catherine d'Alençon, fut entériné le 8 janvier 1462 (n.s.) à Tours; les épousailles cependant ne seront célébrées qu'en septembre de la même année en la ville d'Alençon.

À cette époque, Guy XV, tout en étant comte des comtés de Montfort de Bretagne et de Normandie, doté de sa femme de la terre valoisienne du Saosnois, apanagé de l'ancien comté de Gavre et d'autres lieux, n'était cependant pas encore seigneur de sa propre Maison, tout au plus seigneur associé.

Louis XI, en mariant Catherine d'Alençon avec le futur Guy XV de Laval, avait fixé sa dot à 3000 livres de rentes, et obligé son père à donner les terres et la baronnie de la Guerche en Bretagne, la baronnie de Saosnois dans le Maine (entre Beaumont-le-Vicomte et Alençon), avec les terres et la châtellenie de Peray, ainsi que les fiefs d'Averton et d'Anthenaise.

Guy XV consentit volontiers à recevoir le cas échéant tel autre bien qui lui serait assigné en dot par la suite, aux lieux et places de Peray et du pays de Saosnois (compris pour une valeur de 900 livres dans la rente de 3000). Mais en réalité cette stipulation restera sans effet : il usera bien du titre de sire de Saosnois.

Mort

Le fils unique de Guy XV était mort encore jeune et la succession revenait à Nicolas de Laval, seigneur de la Roche-Bernard1. En conséquence, Nicolas de Laval est chargé, par un acte du 8 novembre 1494, de l'administration des terres de Guy XV. En 1499, Guy XV eut une attaque de paralysie, dont il demeura perclus d'esprit et de corps. Nicolas veut profiter de l'ensemble de l'héritage et se trouve en conflit avec Catherine, qui lui dispute tant que vit son mari. Il n'eut pas du reste à en attendre long-temps la pleine et entière jouissance.

Guy XV meurt au Château de Laval le 28 janvier 1501. Catherine meurt en 1505 au château de Montjean. Elle est enterrée à la Collégiale Saint-Tugal de Laval.

Héraldique

Il est possible que le sceau apposé le 26 novembre 1468 à un acte de Catherine d'Alençon en faveur de l'abbaye de Perseigne, plus ancienne abbaye cistercienne du Maine, fondée par ses ancêtres, soit une première trace datable dans l'histoire de son blason.

Malgré quelques incertitudes du dessin, reproduit par Gaignières, il fait tout de même ressortir, dans un mi-parti impeccable Alençon/Laval, le franc quartier de France du jeune héritier présomptif des pleines armes de Laval, et contribue à réduire singulièrement la croix de gueules aux coquilles d'argent cantonnée de ses alérions des Montmorency-Laval. La logique graphique semble procéder d'une rigueur implacable : le mi-parti de Catherine d'Alençon-Valois, associé au franc quartier de France de son mari, non encore chef de la Maison de son père, fils d'une fille de France… ne laisse subsister des pleines armes de l'illustre Maison des Montmorency-Laval que le troisième quartier.

Un second type de sceau, non daté mais datable autour de 1480, associe le mi-parti de France à un écartelé aux 1 et 4 de France/aux 2 et 3 de Montmorency-Laval.

Notes et références

  1. Il est le fils aîné de Jean de Laval, deuxième fils de Guy XIV et d'Isabelle de Bretagne.

Voir aussi

  • Famille de Laval
  • Jürgen Klötgen, "Une charte retrouvée de Guy XV de Laval (1491) - Notice historique sur les armoiries de Laval", in : Revue Historique et Archéologique du Maine, t. C XLVIII, 1997, p. 209-232. Voir aussi : Full text from DVD-RHAM Revue Historique et Archéologique du Maine 1875-2000, passim, Copyright by Société historique et archéologique du Maine, Le Mans, 2006.
  • pour les armes de Catherine d'Alençon, voir ibid.
view all

Catherine d'Alençon's Timeline