Louis II "le Bon", duc de Bourbon

Is your surname de Bourbon?

Research the de Bourbon family

Louis II "le Bon", duc de Bourbon's Geni Profile

Share your family tree and photos with the people you know and love

  • Build your family tree online
  • Share photos and videos
  • Smart Matching™ technology
  • Free!

Share

Related Projects

Louis de Bourbon, duc de Bourbon

Birthdate:
Birthplace: Bourbon,Saône-Et-Loire,France
Death: Died in Montluçon, Allier, Auvergne, France
Immediate Family:

Son of Pierre I, duc de Bourbon and Isabelle de Valois
Husband of Anne de Clermont, comtesse de Forez
Father of Jean I, duc de Bourbon et Montpensier; Louis de Bourbon-Montpensier; Isabelle de Bourbon-Dombes and Catherine de Bourbon-Dombes
Brother of Blanca de Borbón, reina consorte de Castilla; Jeanne de Bourbon, reine de France; Bonne de Bourbon; Catherine de Bourbon; Marguerite de Bourbon and 2 others

Occupation: duc de Bourbon
Managed by: Private User
Last Updated:

About Louis II "le Bon", duc de Bourbon

from Wikipedia, the free encyclopedia

Louis II of Bourbon, called "the Good" (1337 – 1410, Montlucon) was the third Duke of Bourbon.

Duke Louis is reported to have been mentally somewhat instable, a trait of nervous breakdowns presumably hereditary that showed clearly for example in his sister Joanna of Bourbon, the queen, and already in their father, Duke Peter, and in their grandfather, Louis I, Duke of Bourbon.

The teenage Louis inherited the duchy from his father Duke Peter I after his death in the Battle of Poitiers in 1356.

On August 19, 1371, he married Anna of Auvergne (1358–1417), Countess of Forez and a daughter of Beraud II, Dauphin of Auvergne, and his wife the Countess of Forez, and they had four children:

  • Catherine of Bourbon (b. 1378), d. young
  • John of Bourbon (1381–1434), Duke of Bourbon
  • Louis of Bourbon (1388 – 1404), Sieur de Beaujeu
  • Isabelle of Bourbon (1384 – aft. 1451)

In 1390, Duke Louis launched a crusade against the Hafsids of Tunis, in conjunction with the Genoese. Its objective was to suppress piracy based in the city of Mahdia, but the siege was unsuccessful. Its objective was to suppress piracy based in the city of Mahdia, but the siege was unsuccessful. Duke Louis died in 1410, at the age of 72 or 73.

About Louis II "le Bon", duc de Bourbon (Français)

Louis II de Bourbon, né le 4 février 1337, mort au château de Montluçon le 10 août 1410, fut duc de Bourbon de 1356 à 1410, baron de Combrailles en 1400 et comte de Forez par mariage. Grand capitaine de son temps, ce prince sage servit avec fidélité la monarchie française pendant plus d'un demi-siècle.

Sommaire

  • 1 Biographie
  • 1.1 Premières armes
  • 1.2 La captivité et l'anarchie en Bourbonnais
  • 1.3 Création de l'Ordre de l'Écu d'or (1366)
  • 1.4 Campagnes de Charles V
  • 1.5 Sous Charles VI
  • 1.5.1 L'oncle préféré du roi
  • 1.5.2 Campagnes militaires
  • 1.5.3 Expansion du duché de Bourbon
  • 1.5.4 Un arbitre du duel entre Orléans et Bourgogne
  • 1.5.5 Ralliement aux Armagnacs et fin de vie
  • 2 Mariage et descendance
  • 3 Bibliographie
  • 4 Notes et références

Biographie

Premières armes

Il était fils de Pierre Ier (1311-1356), duc de Bourbon, et d'Isabelle de Valois, fille de Charles de Valois. Sa sœur, Jeanne de Bourbon, épousa le futur roi Charles V dont il devint le beau-frère.

En 1356, le roi Jean II le Bon l'envoie seconder son fils Jean nommé lieutenant du roi en Languedoc, Auvergne, Périgord et Poitou.

À la mort de son père à la bataille de Poitiers, il reçoit la charge de Grand chambrier de France.

Louis commence ses faits d'armes en secourant Reims assiégé par Édouard III d'Angleterre en 1359. Peu après, il est négociateur du traité de Brétigny puis devient l'un des otages livrés à la Cour d'Angleterre en échange de la libération de Jean II le Bon, qui a été fait prisonnier à Poitiers. Pendant sa captivité, le duché de Bourbon est dirigé par sa mère Isabelle de Valois.

La captivité et l'anarchie en Bourbonnais

Pendant l'absence du duc, le duché de Bourbon sombre dans la chaos. Les compagnies s'y installent et répandent la terreur, tandis que les seigneurs, loin de les combattre, les laissent faire ou même participent à leurs brigandages.

La justice est impuissante face à ces bandes, et le "grand procureur de Bourbon", un dénommé Huguenin Chauveau, ne peut que consigner les méfaits opérés par les vassaux du duc dans un ouvrage qu'il appelle le Livre Peloux.

Création de l'Ordre de l'Écu d'or (1366)

Louis II n'est libéré qu'en 1366. Lorsqu'il retrouve son duché, son autorité est, on l'a vu, gravement mise à mal par les compagnies et les barons. Plutôt que de combattre ces derniers, il choisit de se les rallier en fondant un ordre de chevalerie, l'Ordre de l'Écu d'or, pour récompenser les principaux gentilshommes de ses domaines. La devise de l'ordre est "Espérance". Le jour de l'an 1367 a lieu une fête célébrant la création de l'ordre. Selon le chroniqueur Cabaret d'Orville, apparaît ce jour-là à la cour ducale Huguenin Chauveau qui, espérant faire justice, présente au prince son Livre Peloux. Il ajoute qu'avec les amendes et autres confiscations prononcées comme châtiments, le duc pourrait renflouer ses caisses. Mais Louis préfère jeter l'ouvrage au feu et accuse à juste titre le "procureur" de vouloir compromettre la noblesse de ses états1. Il prononce donc de fait l'amnistie pour tous les crimes commis par ses vassaux durant son absence.

La concorde rétablie entre les seigneurs du duché, l'armée ducale peut écraser les compagnies lors de deux campagnes en 1367 et 1368.

L'un des barons turbulents qu'il ramène alors en son giron est son ami le puissant seigneur Goussaut de Thoury, qu'il fait Maître d'Hôtel et qu'il sort d'affaires judiciaires plusieurs fois.

Campagnes de Charles V

Il seconde Charles V lors de la reconquête des territoires conquis par les Anglais. Suivant les consignes du roi et de Bertrand Du Guesclin, de ne pas engager de bataille, mais de mener une guerre d'escarmouche, il réussit à prendre une trentaine de places fortes entre 1369 et 1374, dans le Limousin, en Bretagne et en Guyenne.

Une trêve signée en 1374 entre la France et l'Angleterre lui permet de vaincre des bandes de mercenaires dans son comté, puis il part en Castille combattre les Maures, mais le roi Henri II de Trastamare voulant profiter de la présence des Croisés pour attaquer le Portugal, il refuse de continuer dans l'entreprise et revient en France.

En 1378, Charles V l'envoie combattre Charles II le Mauvais en Normandie, où il prend la plupart de ses places fortes.

Sous Charles VI

L'oncle préféré du roi

Après la mort de Charles V, Bourbon fait partie du conseil de régence de Charles VI. Son prestige militaire et les liens étroits qui unissent les Bourbons aux Valois contribuent à faire de ce fidèle serviteur de la monarchie un personnage central sur la scène politique.

Son influence sur son neveu est très grande. Il le seconde brillamment pendant trente ans, que ce soit à la têtes des armées royales ou sur le terrain diplomatique. Le duc de Bourbon est l'oncle pour lequel Charles VI a le plus d'affection. Le roi voit très régulièrement le "bon duc" qui l'accompagne dans beaucoup de ses déplacements. Bourbon est écouté et respecté au Conseil du roi, bien qu'il ne prenne que rarement parti pour un clan ou un autre. En cela, il suit la ligne de conduite historique de la Maison de Bourbon, celle de fidèle soutien de la monarchie. En effet, sans l'appui et les largesses royaux, les maigres revenus de leur province n'auraient pas permis aux ducs de Bourbon d'occuper une place si importante dans les hautes sphères de la royauté.

L'influence du duc se ressent dans de nombreuses décisions symboliques royales. Ainsi pour le premier anniversaire de son avènement le jeune souverain choisit pour emblème le cerf volant (ou cerf ailé), devise des Bourbons. Il distribue aussi aux gens de sa cour des livrées à ses couleurs et à sa devise, tradition anglaise introduite par Louis de Bourbon. Surtout, lorsqu'en 1388 Charles VI décide de gouverner par lui-même, il est le seul de ses oncles à ne pas tomber en disgrâce. Il apparaît même aux yeux des "Marmousets" qui entourent et conseillent le roi comme le "prince idéal" (ou "modèle des princes"), serviteur de l'État, en opposition aux seigneurs ambitieux et tapageurs que sont les ducs de Bourgogne et de Berry.

Campagnes militaires

Il combat encore les Anglais en Guyenne en 1385.

En 1390, il dirige, à la demande de la république de Gênes une expédition contre le royaume de Tunisie qui met le siège devant Mahdia. La campagne se termine par un demi-échec, et le duc, par son attitude hautaine auprès des chevaliers, perd de sa popularité.

Expansion du duché de Bourbon

Le petit duché de Bourbon ne permet pas, on l'a vu, à l'oncle maternel du roi de rivaliser avec les grands apanages de ses rivaux Berry et Bourgogne. Afin d'augmenter ses revenus, il espère annexer le duché d'Auvergne, ce qui le met en concurrence avec le duc de Berry. En 1400, son neveu Édouard II de Beaujeu lui lègue le Beaujolais que convoite aussi Philippe de Bourgogne.

Un arbitre du duel entre Orléans et Bourgogne

En 1392, Louis de Bourbon a la garde son neveu lorsque celui-ci connaît sa première crise de folie. Il revint en France peu après, mais, malgré sa position au conseil de régence, ne put empêcher l'anarchie qui s'installe à cause de la folie de Charles VI et des luttes entre Philippe le Hardi puis Jean sans Peur et Louis d'Orléans. En 1401, lors du premier accrochage entre Philippe et Louis, il obtient avec le duc de Berry leur réconciliation. À partir de 1405, il prend parti pour son neveu Orléans car il désapprouve la volonté du duc de Bourgogne de partager le pouvoir avec les États provinciaux. Lorsqu'en 1407 le duc d'Orléans est assassiné, le vieux prince décide de se retirer dans ses terres et envisage de s'établir dans un couvent de Célestins.

En effet, l'arrivée au pouvoir de Jean sans Peur en 1409 met un terme à son influence sur le gouvernement royal. Son duché est de plus pris en tenaille d'un côté par les possessions du duc de Bourgogne (qui menace le Beaujolais), de l'autre par celles du duc de Berry.

De retour à la Cour en novembre 1408, alors que l'on craint que Jean sans Peur marche sur Paris pour s'emparer du pouvoir, Louis de Bourbon organise l'"enlèvement" du roi, le conduit hors de la capitale et le met en sécurité à Tours.

Ralliement aux Armagnacs et fin de vie

La guerre civile lui faisant horreur, le vieux duc de Bourbon refuse dans un premier temps d'adhérer à la Ligue de Gien conclue en avril 1410 et créant le parti des Armagnacs. Son fils le comte de Clermont ayant rejoint ces derniers, il le tance très sévèrement.

Au début de l'été, il se décide finalement à rejoindre les princes d'Orléans dans leur lutte contre Jean sans Peur, mais il meurt en chemin le 19 août 1410, à soixante-treize ans. Il fut considéré comme le premier fondateur de l'État Bourbonnais, celui qui a assuré sa puissance future.

Mariage et descendance

Il épousa le 19 août 1371, Anne d'Auvergne (1358 † 1417), comtesse de Forez, fille de Béraud II dauphin d'Auvergne et de Jeanne de Forez, et eut:

  • Catherine († jeune)
  • Jean Ier (mars 1382 † Londres 5 janvier 1434), duc de Bourbon
  • Isabelle (vers 1390 † Poissy décembre 1452/mars 1454) sans alliance, retirée à Poissy à la fin de sa vie
  • Louis, seigneur de Beaujeu (1388 † Paris 12 septembre 1404, âgé de 16 ans et demi)

Il eut également plusieurs enfants illégitimes :

  • Hector, seigneur de Dampierre-en-Champagne (1391 † 1414)
  • Perceval (1402 † 1415)
  • Pierre, chevalier
  • Jacques, moine
  • Jean, seigneur de Tanry

D'autres liaisons, Louis de Bourbon eut d'autres enfants naturels:

  • Philippe, tué en 1396 à Nicopolis;
  • Jacques Bertrand, bailli;
  • Pierrot, écuyer de Jean I de Bourbon;
  • Oger, vivant en 1415.

Bibliographie

  1. Jean Favier, La guerre de Cent Ans, Fayard, 1980 (ISBN 2-213-00898-1)
  2. Françoise Autrand, Charles V, Fayard, 1994
  3. Françoise Autrand, Charles VI, Fayard, février 1986

Notes et références

  • Autrand, Charles V p.524-525
  • Autrand, p.453
view all

Louis II "le Bon", duc de Bourbon's Timeline

1337
February 4, 1337
Bourbon,Saône-Et-Loire,France
1371
August 19, 1371
Age 34
Bourbon,Saone Et Loire,,France
1381
March 1381
Age 44
France
1382
1382
Age 44
France
1385
1385
Age 47
France
1388
1388
Age 50
France
1410
August 10, 1410
Age 73
Montluçon, Allier, Auvergne, France
????
????