Yves de Bellême (de Bellesme) (970 - c.1030) MP

‹ Back to de Bellême surname

3

Matches

0 0 3
Adds occupation and sibling(s).

View Yves de Bellême (de Bellesme)'s complete profile:

  • See if you are related to Yves de Bellême (de Bellesme)
  • Request to view Yves de Bellême (de Bellesme)'s family tree

Share

Birthplace: Belleme,Sarthe,Maine Pays De Le Loire,France
Death: Died in Chateau Gontier,Mayenne,Maine Pays De La Loire,France
Managed by: stanley w. duke, jr.
Last Updated:

About Yves de Bellême (de Bellesme)

From Medlands

http://fmg.ac/Projects/MedLands/NORMAN%20NOBILITY.htm

IVES de Bellême (-after [1031]).  "Avesgaudus…Cenomannensium presul, meusque frater Ivo" donated property to Saint-Vincent du Mans by charter dated to [995/1032][87].  "Rotberti filii Wilelmi, Ivo suus avunculus" donated property to Notre-Dame de Bellême by undated charter[88].  Abelin lists his donations of property at Le Mans to Marmoutier by charter dated [1064/10 May 1065], naming "Ivonis de Belismo [et] filiis illius Guilelmo, Avesgaudo præsule atque Ivone"[89].

-------------------- La Maison de la Jaille, par le Marquis de Brisay:

"Yves ou YVON Ier, troisième fils d'Yves de Creil. Yves, dont le nom latin Yvo, Yvonis, a été traduit par Yvon, fut l'un des personnages qui coopérèrent à l'assise de l'empire des comtes ingelgériens dans les plus belles provinces de l'ouest de la France. Entre 1000 et 1020, quand Foulques Nerra, maître absolu de l'Anjou, du Maine, de la Touraine et d'une partie du Poitou, jugea utile d'entourer ses états d'une ceinture de forteresses qui en défendit les approches, Yvon fut celui des officiers de la Maison du prince, à qui fut confiée la mission d'élever cette motte féodale « dont la masse redoutable surplombait, du haut d'un rocher abrupt, les eaux de la Mayenne, en aval de Châteaugontier et dominait de son donjon altier la contrée environnante». Telle fut l'origine de la localité appelée La Jaille-Yvon, située au-dessus du Lion d'Angers, à une dizaine de lieues au nord d'Angers même, dont le fondateur posséda aussi, dans la contrée au XIe siècle, les châtellenies de Segré, de Châteaugontier et plusieurs des paroisses situées au confluent de la Maine. — Quant à la désignation locale attribuée à ce domaine particulier, Ménage croit en trouver l'étymologie dans le mot Gallia qu'il traduit en langage vulgaire par Maison du coq (Gallus), dont on aurait fait Jallia; mais il a négligé d'observer que Gallus au féminin fait Gallina, et que les plus anciens titres désignent le lieu dont il est ici question, par les termes Gallica, Gallia, ce qui donne une terminaison différente. Pour nous, la forteresse construite par Yvon, fils d'Yves de Bellême, reçut une désignation rappelant l'origine de son fondateur : on l'appela Gallia, Gallica, parce qu'elle était la Maison du Franc (Gallia France).

Yvon, seigneur de la Jaille, est donc le premier feudataire dont la domination s'étendit sur cette localité dénommée Gallia-Gallica-Zalla-Jallia, pendant le onzième siècle; et Jalleia-Jarla-Jalle, au douzième, laquelle ne prit qu'au quatorzième siècle le nom Jallia-Yvonis, pour la distinguer des autres habitations du même nom (La Jaille) créées dans les environs, et conserver ainsi la tradition de son origine. C'est un gros bourg de 650 habitants, auquel on accède, des rives de la Mayenne, par de rudes sentiers tournants, taillés dans le roc à pic à travers bois. Au sommet l'église dédiée à Saint-Loup domine la vallée; à courte distance au-dessus se remarque l'ancienne Motte féodale élevée à main d'homme, exhaussée de dix mètres sur les terrains environnants. C'est là que fut construite, au commencement du XIe siècle, la tour carrée flanquée de tours, rondes aux angles, selon l'usage de l'époque, le tout enveloppé d'un fossé large de quatre mètres, ayant 196 pas de circuit intérieur, dont la dépression est encore existante. Du haut de cette butte artificielle la vue s'étend sur sept paroisses et sur la ville de Châteaugontier.

Nous n'étonnerons personne en disant que les faits et gestes d'Yvon I sont peu connus. Cependant, on le compte au nombre des chevaliers qui battirent, avec Foulques Nerra, les Normands et les Bretons réunis, dans la célèbre journée de Conquereux, en 1003. Son nom figure au bas du diplôme par lequel ce prince, en expiation du sang chrétien versé sur le champ de bataille, accorda à l'abbé de Saint-Maurille d'Angers, en présence de l'évèque Renaud (973-1010), une complète immunité du service de guerre pour les serfs de l'abbaye. L'existence d'Yvon est en outre constatée par la filiation authentique attribuée à son fils aîné; et, comme celui-ci vivait dans la première moitié du XIe siècle, nous en concluons que la période d'existence d'Yvon doit s'étendre de 950 à l'année 1020 environ. C'est une époque obscure, dont les documents sont rares et peu précis. Néanmoins on a, sinon la certitude, au moins une grave présomption que le fondateur de la Jaille eut deux fils : —1° Renaud de Châteaugontier, dont la filiation procède de deux énonciations certaines ; — 2° Yvon de la Jaille, dont la filiation résulte du double nom porté par lui dans les actes publics. De plus, les rapprochements de personnes et la communauté des intérêts, pendant la seconde partie du XI° siècle, entre les seigneurs de la Jaille et les seigneurs de Châteaugontier, sont tels qu'il en résulte l'évidence d'une proche parenté entr'eux."

view all

Yves de Bellême's Timeline

970
970
Belleme,Sarthe,Maine Pays De Le Loire,France
1000
1000
Age 30
1030
1030
Age 60
Chateau Gontier,Mayenne,Maine Pays De La Loire,France
????