Muhammad III al-Ṣādiq "Sadok Bey" XIX. (Bey of Tunis)

public profile

Muhammad III al-Ṣādiq "Sadok Bey" XIX. (Bey of Tunis)'s Geni Profile

Share your family tree and photos with the people you know and love

  • Build your family tree online
  • Share photos and videos
  • Smart Matching™ technology
  • Free!

Share

Muhammad al-Ṣādiq ibn al-Husayn

Also Known As: "Muhammad III as-Sadiq", "Bey of Tunis"
Birthdate:
Birthplace: Palais du Bado, Bardo, Tunis, Tunisia
Death: Died in Bardo, Tunis, Tunisia
Immediate Family:

Son of Hussein II Bey, XV. Bey de Tunis and Fatima Munasstiri

Managed by: Private User
Last Updated:

About Muhammad III al-Ṣādiq "Sadok Bey" XIX. (Bey of Tunis)

  • Sadok Bey.... ;
  • (see : English translation under the French)
  • dynastie Husscinite
  • Début du protectorat français (1881)
  • début règne - 1859
  • XIX Bey de Tunis
  • Sadok Bey, nom francisé de Mohammed el-Sadik Bey (أبو عبد الله محمد الصادق باشا باي) de la dynastie des Husseinites, né le 7 février 1813 au palais du Bardo et décédé le 29 octobre 1882 au palais du Bardo, est bey de Tunis de la dynastie des Husseinites de 1859 à sa mort.
  • Investi comme prince héritier le 10 juin 1855, il succède à son frère aîné, Mohammed Bey, le 23 septembre 18593,4. Nommé général de division de l'armée impériale ottomane le 10 juin 1855, il est promu au grade de maréchal le 10 décembre 1859. Chevalier de l'ordre espagnol de la Toison d'Or (XIXe siècle)

Biographie

Règne

  • En juillet 1860, le bey décide la création de la première imprimerie officielle ainsi que le premier journal en langue arabe du pays, Al raïd at-tunusi5,6.
  • Le 23 avril 1861, il promulgue la première véritable constitution du monde arabe : elle sépare les pouvoirs exécutifs, judiciaires et législatif, limite les pouvoirs du bey et crée de nouvelles cours de justices et un Conseil suprême (collaborant à la fois avec une assemblée et une cour suprême). Cette constitution assure aussi aux Européens et aux Juifs l'égalité des droits avec les musulmans, en particulier le droit de posséder des biens immobiliers. Une situation juridique nouvelle qui encourage les Européens à s'établir en Tunisie : ainsi voit-on s'installer de nouveaux commerçants français, s'ouvrir des écoles religieuses non-musulmanes et le service de télégraphie être concédé à une mission française en 1859.
  • Le 26 avril, Sadok Bey modifie l'ordre de succession au trône : c'est dorénavant le prince le plus âgé de la famille beylicale qui monte sur le trône à la mort du souverain et non plus l'aîné de ses fils.
  • En remplacement du fondouk français, le gouvernement tunisien fait construire un nouveau consulat sur la future avenue de la Marine inauguré par le souverain le 12 janvier 1862. Le bey confie à l'ingénieur Colin de Marseille la réfection générale de l'aqueduc romano-hafside de Zaghouan pour assurer l'alimentation en eau de la capitale. Vers 1865, on commence à démolir les remparts qui entourent la médina et dont certains menacent alors de s'effondrer. C'est vers cette époque que disparaissent les portes Bab Carthagena, Bab Souika, Bab Bnet et Bab El Jazira. Les canons de bronze des remparts de Tunis et de La Goulette sont vendus en 1872 au profit du trésor. Les Européens s'établissent de préférence aux alentours de Bab El Bhar et au débouché des rues de la Kasbah, des Glacières, du Consulat, de l'Église, des remparts et en bordure de l'avenue de la Marine plantée de ficus vers 1865. Dans les parages, la construction est gênée par la présence des cimetières européens (notamment en face du nouveau consulat de France), par les jardins maraîchers créés le long des marais du lac de Tunis qui s'avancent jusqu'à l'actuelle avenue de Carthage.
  • Toutefois, les intrigues de certains de ces ministres, notamment Mustapha Khaznadar et Mustapha Ben Ismaïl, la pression constante des consuls européens et la banqueroute de l'État, due à des grands travaux qui s'accompagnent d'impôts plus lourds et plus nombreux (d'ailleurs le doublement de la mejba provoque la révolte de 1864) l'obligeant à réclamer des crédits qu'il ne peut rembourser, ouvrent les portes à l'occupation étrangère malgré les efforts du grand vizir Kheireddine Pacha. La France prend ainsi pied en Tunisie en 1869 par le biais d'une commission anglo-italo-française destinée à résorber la dette extérieure du pays10. En avril 1881, un incident survenu à la frontière avec l'Algérie française entre des tribus kroumirs et les autorités coloniales sert de pretexte à l'intrusion d'un corps expéditionnaire français jusqu'au Kef, auquel s'ajoute un débarquement de troupes à Bizerte le 1er mai. L'armée française occupe Tunis le 11 mai. Sadok Bey est alors contraint de signer, le 12 mai, le traité du Bardo qui instaure le protectorat français de Tunisie11.
  • <><>
  • English translation ;

Biography

Reign

  • In July 1860, the Bey decided to create the first official printing as well as the first Arabic-language newspaper in the country, Al-raid at tunusi5, 6.
  • April 23, 1861, he promulgated the first real constitution of the Arab world: it separates the executive, judicial and legislative limits the powers of the Bey and creating new courses and Justices Supreme Council (working with both an assembly and a supreme court). This constitution also provides for Europeans and Jews equal rights with Muslims, especially the right to own real estate. A new legal situation which encourages Europeans to settle in Tunisia and we see to install new French traders, opening of non-Muslim religious schools and telegraph service be granted to a French mission in 1859.
  • April 26, Sadok Bey changes the order of succession to the throne: it is now the eldest prince of the family beylicale who ascended the throne at the king's death and not his eldest son.
  • Replacing the fondouk French, the Tunisian government built a new consulate on the future of Marine Avenue opened by the sovereign January 12, 1862. The Bey says the engineer Colin de Marseille general rehabilitation of the aqueduct Roman-Hafsid Zaghouan to ensure water supply in the capital. By 1865, we begin to demolish the walls surrounding the medina and then some threaten to collapse. It was around this time that the doors disappear Bab Carthagena, Souika Bab, Bab El Jazira and Bab Bnet. The bronze cannon from the ramparts of Tunis and La Goulette sold in 1872 to the Treasury. Europeans settled preferably around Bab El Bhar and resulted in the streets of the Kasbah, the coolers, the Consulate of the church, the walls and along the Avenue of the Navy planted with ficus 1865 . Around, the construction is hampered by the presence of European cemeteries (including in front of the new Consulate of France), by market gardens along the marshes of Lake Tunis that jut up from the current avenue Carthage.
  • However, the intrigues of some of these ministers, including Mustapha Mustapha Ben Ismail and Khaznadar, constant pressure from the European consuls and the bankruptcy of the state, due to the great works which are accompanied by higher taxes and more ( Moreover, the doubling of the mejba causes the revolt of 1864) requiring that claim credits can not repay, open the doors to foreign occupation despite the efforts of the Grand Vizier Kheireddine Pasha. France takes a foothold in Tunisia in 1869 through a commission Anglo-Italian-French intended to eliminate the external debt of countries10. In April 1881, an incident at the border with Algeria French Kroumirs between tribes and the colonial authorities is the pretext for the intrusion of a French expeditionary force to Kef, plus a landing of troops Bizerte on May 1. The French army occupies Tunis on May 11 Sadok Bey is then forced to sign, on May 12, the Treaty of Bardo which established the French protectorate of Tunisie11.
  • honours- Knight of the Order of the Golden Fleece - Spanish Branch
view all

Muhammad III al-Ṣādiq "Sadok Bey" XIX. (Bey of Tunis)'s Timeline

1813
February 7, 1813
Bardo, Tunis, Tunisia
1882
October 29, 1882
Age 69
Bardo, Tunis, Tunisia