Is your surname Lefebvre Saint-Ogan?

Research the Lefebvre Saint-Ogan family

Share your family tree and photos with the people you know and love

  • Build your family tree online
  • Share photos and videos
  • Smart Matching™ technology
  • Free!

Related Projects

Alain Marie Joseph Paul Louis Fernand Lefebvre Saint-Ogan

Also Known As: "Alain Ogan"
Birthdate:
Birthplace: Cerisiers, 10 rue des - Colombes, 92025, Ile-de-France, France
Death: June 21, 1974 (78)
Plantes, 66 rue des - Paris, 75014, Ile-de-France, France,aged 78 years old
Immediate Family:

Son of Joseph Henri Gaston Lefebvre Saint-Ogan and Louise Claudine Lefebvre Saint-Ogan
Half brother of Hubert Denis Fortuné Lefebvre Saint-Ogan; Charles Gaston Lefebvre Saint-Ogan; Adolphe Louis François Lefebvre Saint-Ogan and Bertrand Louis Gaston Lefebvre Saint-Ogan

Occupation: Auteur de bande dessinée, illustrateur
Managed by: Pierre Quenee
Last Updated:

About Alain Saint-Ogan

Alain Saint-Ogan (French: [s%C9%9B%CC%83.t‿%C9%94.%C9%A1%C9%91%CC%83]; August 7, 1895 – June 22, 1974) was a French comics author and artist.

Biography In 1925, he created the well-known comic strip Zig et Puce (Zig and Flea), which initially appeared in the Dimanche Illustré (Sunday Illustrated), the weekly youth supplement of the French daily newspaper, l'Excelsior.[1]

Among his other comic strips: Mitou et Toti (Mitou and Toti), Prosper l'ours (Prosper the Bear, started in 1933), Monsieur Poche (Mr. Pocket, started in 1934), and Touitoui. In the 1940s, he edited a children's magazine, Benjamin, for which he created the comic strip Troc et Boum (Troc and Boom).

Zig et Puce enjoyed a revival in 1963, when it was taken over by Greg.[2] After World War II, Alain Saint-Ogan also created a daily cartoon for the front page of the Parisien libéré, hosted a radio program, produced television programs and wrote several books, including two memoirs. Shortly before his death in 1974, he was named the honorary president of the first Angoulême International Comics Festival. For a period, the prize for best comic book was named "Alfred" after his creation.[1]

Legacy

Saint-Ogan is called the "founding father" of French comics, but his involvement with the colonial and imperialist agenda of France in the mid-1900s is often overlooked in the studies of both French-language comics and French imperialist culture today.

His production of colonial propaganda, both by commission from the French government and in his own private enterprises, spanned a wide variety of genres and disciplines, and he was particularly involved with the 'Exposition Coloniale' of 1931. When the French Communist party stood up in opposition to the Exposition and its imperialist ideology, he contributed to the parody of their newspaper, essentially mocking their anti-imperialist views and showing strong support for the colonial discourse of the Exposition. His comics were used to stir up interest among the young for the Exposition and to serve one of its main purposes: to instill into children strong support for the French colonial effort in the effort to ensure its continuation. There are also suggestions that his featuring of the Exposition in 'Zig et Puce', in which he had the characters visit it, was due to him receiving money from the government to publicize the event and stir up the interests of young readers in visiting it.[3]

His work contains in many places imagery supporting colonialism and anti-semitism, which was especially problematic since the audience of his comics were children, thus transforming his work into a sort of right-wing propaganda targeting the youth. Negative racial stereotypes were also used, a prominent example of this being the story line where Zig and Puce visited the Exposition Coloniale, as mentioned above. These include portraying Africans as cannibals, continuing the racial stereotype that Africans are just 'big children', having them appear dumb by speaking only in pidgin French, and drawing them with physical stereotypes that French held about Africans (huge lips, very dark skin, etc.). Saint-Ogan's involvement with France's imperialist mission should not be overlooked, as it was a prominent and harmful feature in his body of work.

Wikipedia


About Alain Saint-Ogan (Français)

Alain Saint-Ogan, né le 7 août 1895 à Colombes et mort le 21 juin 1974 à Paris, est un auteur de bande dessinée et illustrateur français.

Connu pour avoir créé la série de bande dessinée humoristique Zig et Puce en 1925, Saint-Ogan a été l'un des principaux inspirateurs du Belge Hergé, créateur de Tintin.

Biographie : jeunesse et carrière Une vie d'artiste Enfance Alain Marie Joseph Paul Louis Fernand Lefebvre Lefebvre Saint Ogan naît le 7 août 1895 à Colombes (ancien département de la Seine) de Joseph Lefebvre Saint Ogan, écrivain et journaliste de 44 ans, et Louise Venaty, femme au foyer de 28 ans1. Issu d’une famille plutôt aisée, Saint Ogan déménage rapidement à Passy, dans le 16e arrondissement de Paris. En 1906, il rejoint au Caire son père, qui y est nommé rédacteur en chef du périodique l’Etendard égyptien. Sous l’influence de son père, Alain développe une véritable passion pour le monde de la presse ; le jeune Saint-Ogan passe le plus clair son temps à « chasser les autographes »2 ou à organiser des jeux concours avec ses petites camarades. Cet engouement se traduit par la création, dès l’âge de douze ans, d’une revue bimensuelle, Le Journal des Deux Mondes ; le journal compte plus de deux mille abonnés dont le président de la République Armand Fallières et l’actrice Sarah Bernhardt et Saint-Ogan est célébré comme « le plus jeune rédacteur en chef du monde », par le quotidien britannique Daily Chronicle3. Parallèlement, le jeune Saint-Ogan se découvre un talent d’illustrateur humoristique : son premier dessin parait en 1913 dans le quotidien Le Matin dans lequel il publie régulièrement des articles.

Jeunesse et formation pendant la Première Guerre mondiale Fort de son goût pour la presse et le dessin, il débute en 1914 un cursus à l’École nationale des arts décoratifs de Paris mais celui-ci tourne court : en effet, Saint-Ogan est mobilisé en 1916 pour aller combattre dans les Balkans. Cependant, Saint-Ogan profite des opportunités qu’offre la Première Guerre mondiale aux dessinateurs de presse. En effet, les journaux de l'époque assurent une propagande contre l’ennemi allemand et sont avides de dessins satiriques « anti-boches ».

Son succès lui fait ensuite intégrer le Tout-Paris des Années folles : Saint-Ogan est de toutes les manifestations mondaines.

Les premiers pas dans la bande dessinée La Société des dessinateurs humoristiques Au lendemain de la guerre, Saint-Ogan fait partie de la Société des dessinateurs humoristiques, créée en 1904 par Charles Léandre et Louis Morin, qui organise annuellement un Salon des humoristes. L'artiste y acquiert une grande visibilité et surtout un réseau composé d’illustres personnalités de la bande dessinée comme Jean-Louis Forain ou encore Francisque Poulbot.

Un nouveau contexte de publication Avant la Première Guerre mondiale, les débouchés principaux des dessinateurs humoristes étaient encore les nombreuses revues satiriques4, Saint-Ogan est donc l’un des représentants du changement de contexte de publication de la bande dessinée puisque c’est dans la grande presse quotidienne qu’il y fait ses premiers pas, notamment dans l’hebdomadaire Le Dimanche illustré et dans le quotidien L'Intransigeant. En effet, dans l’entre-deux guerres, la bande dessinée connait un premier essor et devient un objet de consommation de masse, ce qui induit des phénomènes comme celui du réemploi de dessins d’un journal à l’autre, tandis que la place du dessinateur au sein de la rédaction d’un journal tend à s’institutionnaliser, tout en restant précaire.

Ligne éditoriale Malgré la teneur nouvelle que prend la bande dessinée au lendemain de la Première Guerre mondiale — caractérisée par l'émergence d'une jeune génération de dessinateurs — Saint-Ogan conserve une ligne éditoriale assez traditionnelle, d’« amuseur de société », notamment en privilégiant un comique de situation et des dialogues humoristiques4. Néanmoins, il se démarque de ses aînés par le trait de ses dessins plus minimalistes et sans modelage, proches du style Art déco5,6,7.

Un « père » de la bande dessinée La place de Saint-Ogan dans la bande dessinée Saint-Ogan est le premier auteur français à rompre avec le système archaïque de la bande dessinée, en utilisant les processus de la bande dessinée américaine tels que la séquentialité des images, la récurrence des personnages d'une séquence à l'autre et surtout l'emploi systématique du phylactère8.

Le dessin pour enfant Dans les années 1920-1930, Saint-Ogan se dédie presque exclusivement à la bande dessinée enfantine.

En effet, il fait partie des réseaux multimédias qui visent à rassembler divers types de créateurs pour divertir les enfants, comme Pierre Humble, directeur du Théâtre du petit monde ou encore Jean Nohain rédacteur en chef du journal Benjamin4. Il y utilise l'humour qu'il adapte à son jeune public, utilise par exemple le merveilleux, genre littéraire très présent dans la tradition enfantine, comme dans Les aventures de Mitou, Toti et Serpentin qui assistent à un défilé de personnages de contes de fées, issus des répertoires de Perrault, lors de leur excursion au « pays de l'imagination ».

Un public intergénérationnel Durant la Seconde Guerre mondiale, la politique vichyste de surveillance et de moralisation des loisirs de l'enfant pousse Saint-Ogan à se tourner vers d'autres activités, davantage destinées à un public adulte ou du moins familial, comme le cinéma d'animation, le roman mais surtout la radiodiffusion puisqu'il devient un chroniqueur régulier de Radio-Paris et de Radio-Luxembourg9. Parallèlement, il devient rédacteur en chef du journal pour enfants Benjamin et y publie notamment sa série Trac et Boum. Saint-Ogan utilise l'humour comme passerelle entre ses deux publics4.

Saint-Ogan créé également des personnages éphémères utilisés pour les annonces publicitaires, on connait par exemple l'ours Prosper publié dans Le Matin, qui est ensuite devenu un produit dérivé, un jouet pour enfant.

Wikipedia

La bande dessinée entre dessin de presse et culture enfantine :relecture de l’œuvre d’Alain Saint-Ogan (1895-1974) Thèse en téléchargement

view all

Alain Saint-Ogan's Timeline

1895
August 7, 1895
Cerisiers, 10 rue des - Colombes, 92025, Ile-de-France, France
1974
June 21, 1974
Age 78
Plantes, 66 rue des - Paris, 75014, Ile-de-France, France,aged 78 years old