Is your surname Gagnon?

Research the Gagnon family

Share your family tree and photos with the people you know and love

  • Build your family tree online
  • Share photos and videos
  • Smart Matching™ technology
  • Free!

Pierre Gagnon

Also Known As: "Gagnon", "Gaignon", "Gangnon", "Gaignons", "Gaignion", "Gasgnon"
Birthdate:
Birthplace: La Gaignonnière, Tourouvre, Perche, France
Death: December 06, 1630 (57-58)
La Ventrouze, Perche, France
Place of Burial: Tourouvre, Perche, France
Immediate Family:

Son of Barnabé Gagnon and Françoise Creste
Husband of Renee Madeleine Francoise Roger and Renee-Magdeleine Francoise Royer (Roger)
Father of Jehan Gaignon; Oliver Gagnon; Marguerite Gagnon; Pierre Gagnon; Noelle Gagnon and 7 others
Brother of Olivier Gagnon; Mathurine Gagnon; Gilles DeLessard; Jean Gagnon, aîné; Marguerite Gagnon and 6 others

Occupation: laboureur, Laboureur a LaGaignonniere puis a la Ventrouve
Managed by: Dennis Harold Cloukey
Last Updated:

About Pierre Gagnon

Notes

  • Ne pas confondre avec Pierre Gagnon, son fils du même nom.
  • Lieux info: Perche, France (naissance,mariage,décès)
    • Les Gagnon appelaient la ferme familiale « La Gagnonnière » et elle se trouvait à Tourouvre et à mis-chemin vers La Ventrouze. Aujourd'hui, « La Gagnonnière » est appelée « La Canonnière ».
  • De la famille Gagnon, quatres enfants et leur mère, Renée, ont émigrés au Québec. Pierre lui-même n'ira pas au Québec. Cousin Robert fut également un pionnier de la Nouvelle-France.
  • Pierre était laboureur de métier.
  • Généalogie des Linteau

Biographie ~ Biography

Laborer in La Gaignonnière, paroisse Saint-Aubin de Tourouvre, puis à La Ventrouze au Perche, France. Died between 12/16/1630 and 11/10/1633

Pierre Gagnon did not come to Québec However, after he died, his widow, Renée Roger, came to Québec with their sons Mathurin, Jean and Pierre.

Notes : Selon internet:www.provo.lib.ut.us/~rpyne/genealogy/d0045/1925 1, ils se seraient mariés en 1598 à la paroisse Saint-Aubin à Tourouvre, Perche, France.


http://larryvoyer.com/genealogy/getperson.php?personID=I70430&tree=...


Mathurin, Jean, Pierre et Robert Gagnon Ancêtres des Gagnon d'Amérique Ils se prénommaient Mathurin, Jean, Pierre et Robert Gagnon. Les trois premiers étaient frères et le quatrième était leur cousin. Ils sont venus vivre en Nouvelle-France vers 1640, alors que cette colonie n'offrait la richesse qu'à ceux qui travaillaient dur. Ces hommes ont formé la grande famille Gagnon dont on trouve des héritiers aux quatre coins du Québec, du Canada et, sans doute, de l'Amérique. Ils venaient du Perche où leur patronyme n'avait pas encore adopté la forme qu'on lui connait aujourd'hui. Les régistres, les contrats divers et les engagements parlent des Gaignon, Gangnon, Gaignons, Gaignion ou Gasgnon, mais il est rarement question de Gagnon. C'est la prononciation en usage de ce côté-ci de l'Atlantique qui serait responsable de la modification du nom.

C'est au lieu dit La Gaignonnière, dont des vestiges existent toujours, à quelques pas de Tourouvre, que seraient nés les enfants de Pierre Gagnon, laboureur, et de Magdeleine (ou Renée) Roger : Marguerite, en l598; Louys, en 1604; Mathurin, en 1606; Jean, en 1610 et Pierre, en 1616.

Pendant que cette famille était oubliée au Perche, elle prenait racine sur le sol de la Nouvelle-France. Le mouvement est d'abord amorcé par Marguerite Gagnon, femme d'Eloi Tavernier. Le couple semble être passé ici avant l640, incitant les frères de Marguerite à faire de même, peu après. Pendant des années, Mathurin, Jean et Pierre Gagnon allaient incarner la solidarité familiale. Ensemble, ils s'établissent en la côte de Beaupré, entre le Château-Richer et Sainte-Anne. L'hiver, les trois hommes semblent préférer Québec où, oubliant la terre, ils se transforment en négociants. Ensemble toujours, ils obtiennent, le 14 août 1651, la concession d'un terrain Place de la Basse-Ville, où s'élèvera une maison. Quelques années plus tard, le 6 octobre 1658, enrichis par l'agriculture et par le commerce, ils font l'acquisition d'un magasin.

Les trois hommes, bien que pris par les affaires, veillent déjà sur leur famille. Le 29 juillet 1640, à Québec, Jean épousait Marguerite Cauchon, originaire de Dieppe, en Normandie. C'était là, le premier mariage contracté par l'un des trois frères. Le couple donna la vie à dix enfants. La descendance directe de Jean ne devait pourtant pas être nombreuse. Ses filles s'allièrent à des hommes dont elles perpétuèrent le nom : Jeanne épousa Jean Chapeleau, Renée épousa Jean Houimet et Marguerite épousa Jean Caron.

Pierre Gagnon se maria, à Québec, le 14 février 1642 à Vincente Devarieux, une Normande âgée de l8 ans. L'aîné des frères Gagnon, Mathurin, ne se maria qu'en l647. Il élait âgé de 4l ans. Sa femme n'en avait que treize. C'est ce couple qui devait donner le plus de Gagnon à la Nouvelle-France. Lorsque leur quinzième enfant fut baptisé, en 1677, Mathurin venait de célébrer son soixante-et-onzième anniversaire de naissance! Mathurin mourut au mois d'avril 1690, à Château-Richer, vingt ans après Jean et neuf ans plus tôt que Pierre.

Robert Gagnon, cousin des trois premiers, forma, à son tour, une branche de la famille Gagnon. Originaire de La Ventrouze, au Perche, il épousa Marie Parenteau, à Québec, le 3 octobre 1657. Ils donnèrent naissance à dix enfants.

Après la disparition des quatre Gagnon, la Nouvelle-France venait d'acquérir un nouveau patronyme que les premiers héritiers, au nombre de quarante-cinq, allaient répandre dans les régions de Laprairie, de Château-Richer et de Yamachiche.

Source: Les familles Gagnon-Belzile Inc.

image Le Centre de généalogie francophone d'Amérique URL: http://www.genealogie.org Conception et réalisation: Le Cid (Le Centre internet de développement) 2002 © Tous droits réservés.


Pierre Gagnon n'est jamais venu au Québec. Toutefois, après sa mort, sa veuve, Renée Royer, vint à Québec, avec ses fils Mathurin, Jean et Pierre.


Mathurin, Jean, Pierre et Robert Gagnon Ancêtres des Gagnond'Amérique Ils se prénommaient Mathurin, Jean, Pierre etRobert Gagnon. Les trois premiers étaient frères et lequatrième était leur cousin. Ils sont venus vivre enNouvelle-France vers 1640, alors que cette colonien'offrait la richesse qu'à ceux qui travaillaient dur. Ceshommes ont formé la grande famille Gagnon dont on trouvedes héritiers aux quatre coins du Québec, du Canada et,sans doute, de l'Amérique. Ils venaient du Perche où leurpatronyme n'avait pas encore adopté la forme qu'on luiconnait aujourd'hui. Les régistres, les contrats divers etles engagements parlent des Gaignon, Gangnon, Gaignons,Gaignion ou Gasgnon, mais il est rarement question deGagnon. C'est la prononciation en usage de ce côté-ci del'Atlantique qui serait responsable de la modification dunom.

C'est au lieu dit La Gaignonnière, dont des vestiges existent toujours, à quelques pas de Tourouvre, queseraient nés les enfants de Pierre Gagnon, laboureur, et de Magdeleine (ou Renée) Roger : Marguerite, en l598; Louys,en 1604; Mathurin, en 1606; Jean, en 1610 et Pierre, en1616.

Pendant que cette famille était oubliée au Perche, elleprenait racine sur le sol de la Nouvelle-France. Lemouvement est d'abord amorcé par Marguerite Gagnon, femmed'Eloi Tavernier. Le couple semble être passé ici avantl640, incitant les frères de Marguerite à faire de même,peu après. Pendant des années, Mathurin, Jean et PierreGagnon allaient incarner la solidarité familiale. Ensemble,ils s'établissent en la côte de Beaupré, entre leChâteau-Richer et Sainte-Anne. L'hiver, les trois hommessemblent préférer Québec où, oubliant la terre, ils setransforment en négociants. Ensemble toujours, ilsobtiennent, le 14 août 1651, la concession d'un terrainPlace de la Basse-Ville, où s'élèvera une maison. Quelquesannées plus tard, le 6 octobre 1658, enrichis parl'agriculture et par le commerce, ils font l'acquisitiond'un magasin.

Les trois hommes, bien que pris par les affaires, veillentdéjà sur leur famille. Le 29 juillet 1640, à Québec, Jeanépousait Marguerite Cauchon, originaire de Dieppe, enNormandie. C'était là, le premier mariage contracté parl'un des trois frères. Le couple donna la vie à dixenfants. La descendance directe de Jean ne devait pourtantpas être nombreuse. Ses filles s'allièrent à des hommesdont elles perpétuèrent le nom : Jeanne épousa JeanChapeleau, Renée épousa Jean Houimet et Marguerite épousaJean Caron.

Pierre Gagnon se maria, à Québec, le 14 février 1642 àVincente Devarieux, une Normande âgée de l8 ans. L'aîné desfrères Gagnon, Mathurin, ne se maria qu'en l647. Il élaitâgé de 4l ans. Sa femme n'en avait que treize. C'est cecouple qui devait donner le plus de Gagnon à laNouvelle-France. Lorsque leur quinzième enfant fut baptisé,en 1677, Mathurin venait de célébrer sonsoixante-et-onzième anniversaire de naissance! Mathurinmourut au mois d'avril 1690, à Château-Richer, vingt ansaprès Jean et neuf ans plus tôt que Pierre.

Robert Gagnon, cousin des trois premiers, forma, à sontour, une branche de la famille Gagnon. Originaire de LaVentrouze, au Perche, il épousa Marie Parenteau, à Québec,le 3 octobre 1657. Ils donnèrent naissance à dix enfants.

Après la disparition des quatre Gagnon, la Nouvelle-Francevenait d'acquérir un nouveau patronyme que les premiershéritiers, au nombre de quarante-cinq, allaient répandredans les régions de Laprairie, de Château-Richer et deYamachiche.

Source: Les familles Gagnon-Belzile Inc.

image Le Centre de généalogie francophone d'Amérique URL:http://www.genealogie.org Conception et réalisation: Le Cid(Le Centre internet de développement) 2002


De Perche

GEDCOM Source

@R-1574695084@ Dictionnaire généalogique des familles canadiennes (Collection Tanguay), 1608 à 1890 Ancestry.com Publication en ligne - Provo, UT, USA: Ancestry.com Operations Inc, 2011.Données originales  - Tanguay, Cyprien. Dictionnaire généalogique des familles canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours. Québec, Canada: Eusèbe Senécal, 18 1,2177::0

GEDCOM Source

Volume: Vol. 1 Sect. 1 : A-Hel; Page: 246 1,2177::235919

GEDCOM Source

@R-1574695084@ Dictionnaire généalogique des familles canadiennes (Collection Tanguay), 1608 à 1890 Ancestry.com Publication en ligne - Provo, UT, USA: Ancestry.com Operations Inc, 2011.Données originales  - Tanguay, Cyprien. Dictionnaire généalogique des familles canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours. Québec, Canada: Eusèbe Senécal, 18 1,2177::0

GEDCOM Source

Volume: Vol. 1 Sect. 1 : A-Hel; Page: 246 1,2177::235919

GEDCOM Source

@R-1574695084@ Dictionnaire généalogique des familles canadiennes (Collection Tanguay), 1608 à 1890 Ancestry.com Publication en ligne - Provo, UT, USA: Ancestry.com Operations Inc, 2011.Données originales  - Tanguay, Cyprien. Dictionnaire généalogique des familles canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours. Québec, Canada: Eusèbe Senécal, 18 1,2177::0

GEDCOM Source

Volume: Vol. 1 Sect. 1 : A-Hel; Page: 246 1,2177::235919

GEDCOM Source

@R-1574695084@ Dictionnaire généalogique des familles canadiennes (Collection Tanguay), 1608 à 1890 Ancestry.com Publication en ligne - Provo, UT, USA: Ancestry.com Operations Inc, 2011.Données originales  - Tanguay, Cyprien. Dictionnaire généalogique des familles canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours. Québec, Canada: Eusèbe Senécal, 18 1,2177::0

GEDCOM Source

Volume: Vol. 1 Sect. 1 : A-Hel; Page: 246 1,2177::235919

GEDCOM Source

@R-1574695084@ Dictionnaire généalogique des familles canadiennes (Collection Tanguay), 1608 à 1890 Ancestry.com Publication en ligne - Provo, UT, USA: Ancestry.com Operations Inc, 2011.Données originales  - Tanguay, Cyprien. Dictionnaire généalogique des familles canadiennes depuis la fondation de la colonie jusqu'à nos jours. Québec, Canada: Eusèbe Senécal, 18 1,2177::0

GEDCOM Source

Volume: Vol. 1 Sect. 1 : A-Hel; Page: 246 1,2177::235919


GEDCOM Note

Biographie Gagnon Pierre

  • *****************************************************************

TROIS FRERES GAGNON PERCHERONS VENUS AU CANADA PLAQUE COMMEMORATIVE AU CHATEAU-RICHER

  • ********************************************************************

Les trois freres Gnagnon,Mathurin,Jean et Pierre,qui en 1635 vinrent au Canada, étaient originaires de tourouvre,dans l'ancienne province française du perche. Ces trois freres s'entendaient à merveille,et on les trouve réunis dans toutes les transactions qu'ils firent. "Les freres Gagnon" ou "Les Sieurs Mathurin,Jehan et Pierre Gagnon",comme on les appelait,achetaient,construisaient et vendaient toujours ensemble. Ils formaient somme toute une véritable société familiale.

Après avoir pendant quelque temps habité Québec, où ils s'étaient fait construire une maison dans la Basse-Ville, les trois freres Gagnon allèrent s'établir sur la côte de Beaupré, dans cette partie qui devait former plus tard la paroisse du Chateau-Richer.

Ce fut Jean qui se maria le premier. Le 29 juillet 1640,il épouse Marguerite Cochon. Cet exemple entraîna son frère Pierre, qui deux ans plus tard, la 14 septembre 1642, épousait Marguerite Desvarieux.

Bien qu'étant l'aîné, Mathurin fut plus long à se décider. Ce n'est qu'en 1647 qu'il renonça à sa vie de vieux garçon (il avait quarante et un ans), en épousant une toute jeune fille de treize ans,Françoise Boudeau.

Ces mariages respectifs ne devaient pas s'éparer les trois freres Gagnon. Leurs fermes étaient voisines l'une de l'autre, et les contacts entre les "trois inséparables" étaient tréquents.

Des trois freres, Mathurin sans aucun doute fut le plus entreprenant, et celui qui réussit le mieux. Il possédait en effet un commerce actif à Québec, pour lequel il dut même en 1642 faire un voyage d'affaire en France.Il fut enfin un des premiers marguilliers élus de la paroisse du Chateau-Richer.

Les freres Gagnon ont laissé une descendance remarquablement nombreuse. Il est vrai qu'ils eurent respectivement tous les trois des familles importantes. Mathurin, bien que s'étant marié sur le tard, eut jusqu'à quinze enfants.Il avait soixante et onze ans lors de la naissance de son dernier, Joseph.Pierre éleva une famille de dix, et Jean, plus modeste, estima avoir fait son devoir après en avoir eu huit. Celà représentait tout de même au total trente-trois petits Gagnon.

En 1940, une plaquette fut érigée au Chateau-Richer pour commémorer le tricentenaire de l'arrivée des trois freres Jean,Pierre et Mathurin Gagnon.

SRC: Richard Guibault-Villeneuve (texte qui provient des Archives nationales de Montréal)


GEDCOM Note

- EXPAND - Name also listed as Gaignon Pierre Gagnon n'est pas venu au Canada. Il Etait laboureur a La Gaignonniere, paroisse St. Aubin de Tourouvre, puis a la Ventrouze, canton Tourouvre, ar. Mortagne, Perche (Orne). Sa femme, Renee Roger, est arrivee au Canada avant 1640 avec ses enfants Mathurin, Jean, et Pierre.

view all 27

Pierre Gagnon's Timeline

1572
1572
Tourouvre, Perche, France
1597
1597
1598
October 5, 1598
Tourouvre, Perche, France
1601
August 29, 1601
La Gaignonniere, Tourouve, Perche, France
August 30, 1601
Coulmer, Département de l'Orne, Basse-Normandie, France
August 31, 1601
Tourouvre, Orne, Normandy, France
1604
January 15, 1604
Tourouvre (St-Aubin), Orne, Basse-Normandie, France
1606
October 22, 1606
Tourouvre, Perche, France
1606
Age 34
Tourouvre