Start My Family Tree Welcome to Geni, home of the world's largest family tree.
Join Geni to explore your genealogy and family history in the World's Largest Family Tree.

Normans in Medieval Italy

« Back to Projects Dashboard

Project Tags

view all

Profiles

  • John Legh (1485 - d.)
    'Plantagenet ancestry: a study in colonial and medieval families By Douglas Richardson, Kimball G. Everingham Plantagenet ancestry: a study in colonial and medieval families By Douglas Richardson, Ki...
  • Catherine de Aldwark (1170 - d.)
  • Margaret de Hulton (c.1190 - d.)
  • Constanza di Sicilia, Principessa di Sicilia (1154 - 1198)
    -------------------- Constance (1154 – 27 November 1198) was the heiress of the Norman kings of Sicily and the wife of Henry VI, Holy Roman Emperor. She was Queen of Sicily in 1194-1198, joi...
  • William I, King of Sicily (1131 - 1166)
    William I (1131 – May 7, 1166), called the Bad or the Wicked, was the second King of Sicily, ruling from his father's death in 1154 to his own in 1166. He was the fourth son of Roger II and Elvi...

Italo-Normans

(Wikipedia)

The Italo-Normans, or Siculo-Normans when referring to Sicily, were the Italian-born descendants of the first Norman conquerors to travel to the Mezzogiorno in the first half of the eleventh century.

While maintaining much of their distinctly Norman piety and customs of war, they were shaped by the diversity of southern Italy, by the cultures and customs of the Greeks, Lombards, and also Arabs in Sicily.

Normans first arrived in Italy as pilgrims probably either on their way or returning from Jerusalem or visiting the shrine at Monte Gargano in the late tenth and early eleventh century. In 1017, the Lombard lords in Apulia recruited their assistance against the dwindling power of the Byzantine Catapanate of Italy.

They soon established vassal states of their own[1] and began to expand their conquests until they were encroaching on the Lombard principalities of Benevento and Capua, Saracen controlled territories, and territory under papal allegiance, as well as Greek. They began the conquest of Sicily in 1061 and it was complete by 1091.

Italo-Normans were the primary Norman mercenaries in the employ of the Byzantine emperors and the Armenians. Many found service in Rome, under the pope, and some went to Spain to join the Reconquista.

In 1096, the Normans of Bohemond of Taranto joined the First Crusade. These Italians set up the principality of Antioch in the Levant. The entire Mediterranean world was touched by the unique Italo-Norman civilisation.

In 1130, under Roger II, they created a lasting polity like William the Conqueror's in England: the Kingdom of Sicily, encompassing the whole of their conquests in the peninsula and the island.

Naming Conventions

See: Medieval Kingdoms of Western Europe

Further reading

Loud, Graham A. The Age of Robert Guiscard: Southern Italy and the Norman Conquest (series The Medieval World) Essex: Longman 2000.

Notes

^ The Norman leader Rainulf Drengot was granted a base in the fortress of Aversa in 1029.

--------------------------------------------------------------------------------------------

The Emergence of the Norman Kingdom of Sicily

According to Charles Cawley in the Medieval Lands database document on Sicily:

The Chronica Monasterii Casinensis and Amatus both record the arrival in southern Italy around the same time from Normandy of five brothers--Gilbert, Rainulf, Asclettin, Osmond and Rodolphe--who supported Melus in in his rebellion [against the Byzantine rulers in southern Italy] [7]. {The family of these brothers in shown below}. Their expedition represented the first intervention of the Normans in the affairs of southern Italy. Orderic Vitalis records that one of the brothers, Osmond, was the first Norman to settle there and that he was granted "oppidum" by "principe Beneventanorum", although his report is a little garbled on points of detail[8].

Pam Wilson inserts: Orderic Vitalis (XXVI, 47) records that Osmand Drengot killed Guillaume Repostel while hunting in the forest at the court of Duke Robert the Maginifcent of Normandy after Repostel boasted loudly of having seduced Drengot's daughter. Other accounts (Aimé du Montcassin et Pierre le Diacre) say it was Osmond's brother Gilbert. In any case, all five brothers fled to Rome for an audience with the Pope, and there they met Melo de Bari, who apparently became their protector in Italy and recruited them for his cause. (see more extensive discussion in the French wikipedia article, below) These events are believed to have taken place between 1017 and 1027.


Cawley continues: A second wave of arrivals from Normandy in the mid-1030s included the sons of Tancred de Hauteville who emerged as leaders of the Norman immigrants. Tancred´s son, Guillaume, was elected count in Sep 1042 [9], but at that stage he was vassal of Guaimar IV Principe di Salerno, who is accorded the title "Duke of Apulia and Calabria" in charters dated between Jan 1043 and 1047[10]. His county developed into the county of Apulia, which was elevated to the status of a duchy by the Pope in 1059.

The arrival of the Normans in southern Italy in the early 11th century triggered a complete change in the profile of the nobility. The new Norman rulers established their own network of counties and appointed their own followers as counts. There were numerous new appointments, and counts were frequently switched from one county to another, or dispossessed entirely as punishment for participation in the numerous rebellions organised against the Norman rulers. The information in the primary sources about these early Norman nobles is patchy. Despite access to many sources, it has proved difficult to reconstitute many of these noble Norman families for more than a couple of generations. Nor has much information been found on the precise origins of the Norman counts who settled in southern Italy. A few can be connected to noble families in Normandy, but these are the exception. It is assumed that the majority of Norman immigrants came from relatively humble backgrounds. In several cases, the sources hint at family connections between these newly established nobility and the Hauteville family of the dukes of Apulia/kings of Sicily, but not all such relationships can be traced precisely.


The Normans, from their base in Apulia, extended their rule and carved out a new country for themselves. Their conquest of Sicily was completed by 1091, and in 1127 the duchy of Apulia and county of Sicily were combined under the rule of Count Roger II who, in 1130, was able to pressure the pope to invest him as king.


The emergence of the kingdom of Sicily as a new power in the 12th century changed the diplomatic balance of the European medieval world. It was seen by the declining empire of Byzantium as a significant threat to its security, and by the Pope as a useful counterbalance to the troublesome kings of Germany.

Initial Norman immigrants to Sicily and Southern Italy

Five Norman brothers of the Quarrel-Drengot family (parents not known)

  1. Emma di Loritello daughter of Geoffrey de Hauteville, Count of Loritello
  2. Ascletin (Anschetil) Drengot, Conti di Acerenza
  3. Gilbert "Buatère" Drengot di Aversa
  4. Osmond Drengot di Aversa'
  5. Rodolfe' Drengot di Aversa

Sons and a daughter of Tancred de Hauteville

  1. William "Iron Arm" de Hauteville, Count of Apulia
  2. Drogo de Hauteville, Count of Apulia
  3. Humphrey de Hauteville, Count of Apulia
  4. Geoffrey de Hauteville, Count of Loritello
  5. Robert Guiscard, count of Apulia (1057), then duke of Apulia and Sicily (1059-1085)
  6. Mauger, Count of the Capitanate (1056-1059)
  7. William de Hauteville, Count of the Principate
  8. Roger I 'le Grand' de Hauteville, Count of Sicily
  9. Fressenda de Hauteville, who married Richard I, count of Aversa and prince of Capua

---------------------------------------------------------------------------------------------------

This French wikipedia article is much more extensive historically:

Conquête normande de l'Italie du Sud

La conquête normande de l'Italie du Sud se fit progressivement au xie siècle et, pour ce qui est de la prise de Naples, au xiie siècle. Elle fut l'œuvre d'aventuriers et mercenaires normands initialement au service de princes Lombards et Byzantins, qui obtinrent au fil des batailles divers territoires et fiefs pour leur propre compte, et acquirent leur autonomie et indépendance politique dans les cinquante années qui suivirent leur arrivée.

C'est seulement dans un second temps qu'ils se constituèrent en un état unique, le royaume de Sicile, qui comprenait non seulement l'île du même nom, mais aussi tout le tiers sud de la péninsule italienne (sauf le Bénévent, qui ne fut tenu que momentanément à deux reprises) ainsi que l'archipel de Malte et des territoires en Afrique du Nord. Cette conquête n'avait pas été planifiée ni organisée, au contraire de celle de l'Angleterre, et se fit sur une période beaucoup plus longue, mais elle n'en devint pas moins durable et les îles reprises aux Sarrasins ne retombèrent plus entre leurs mains.

Le Royaume de Sicile (en vert) en 1154, représentant l'extension de la conquête Normande de l'Italie par des aventuriers indépendants sur plusieurs générations.

Sommaire

1 Raisons de la conquête 2 L'arrivée des Normands en Italie (999-1017) 3 Les révoltes des Lombards (1009-1022) 4 Les services des mercenaires (1022-1046) 5 Comté de Melfi (1046-1059) 6 Comté d'Aversa (1049-1098) 7 Conquête de l'Abruzzo (1053-1105) 8 Conquête de la Sicile (1061-1091) 9 Conquête d'Amalfi et Salerne (1073-1077) 10 Guerres grecques (1059-1085) 11 Conquête de Naples (1077-1139) 12 Enchâtellement 13 Annexes 13.1 Bibliographie 13.1.1 Sources primaires 13.2 Notes et références 13.3 Articles connexes 13.4 Liens externes

Raisons de la conquête

Contrairement à la conquête de l’Angleterre, cette conquête fut menée sur une longue durée, de plusieurs générations, par de petits seigneurs normands, et ne fut ni dirigée ni même inspirée par le duc de Normandieb 1. « Aucun projet préétabli, aucun plan à court ou à long terme n'ont présidé aux opérations de conquête, si ce n'est dans les derniers temps quand la prise du pouvoir sembla possible b 1». Il s’agissait au départ de groupes de mercenaires indépendants au service de princes indigènes. D'après des études récentes1, les deux tiers des immigrants de cette époque étaient des Normands et le reste était constitué principalement de Bretons mais aussi d'Angevins, de Manceaux, de Flamands et de Francsb 1. Ces Normands étaient originaires de Basse-Normandie, principalement du territoire de l’actuel département de la Manche, et issus de la classe des seigneurs de rang modeste incapables de donner des terres à leur famille nombreuseb 1.

L’immigration normande dans le Mezzogiorno n’eut rien de massive mais on estime qu'entre les années 1010 et les années 1120, il y eut un flux constant de départs du duché de Normandie vers l’Italie du Sud et on a pu en évaluer le nombre à quelques centaines de Normands par an pendant un siècle environ2,3. Outre le manque de terre, on peut citer comme raisons de cette émigration, le besoin de s'exiler pour fuir l’autorité du pouvoir ducal, « le désir de tenter la fortune par le service des armes », ou encore des raisons propres au pays conquis comme ses richesses et ressources naturelles ainsi que ses faiblesses politiques et institutionnellesb 1.

L'arrivée des Normands en Italie (999-1017)

Carte de l'Italie à la veille de l'arrivée des Normands. Ils conquirent la zone englobant tout le territoire situé au sud du Saint-Empire romain et la Sicile ainsi que le sud du Latium (États pontificaux) et les Abruzzes (duché de Spolète). La première date avancée pour l'arrivée de chevaliers Normands en Italie du sud est 999. Cette année là, selon plusieurs sources, des pèlerins Normands de retour du Saint-Sépulcre à Jérusalem s'arrêtèrent à Salerne, où ils profitaient de l'hospitalité du prince Guaimar III de Salerne lorsque la ville fut attaquée par des Sarrasins venus de Sicileb 2 qui exigeaient le paiement tardif d'un tribut annuel. Tandis que Guaimar III commençait à collecter de quoi payer le tribut, les Normands reprochèrent aux Lombards leur manque de courage et attaquèrent immédiatement les assiégeants. Cette attaque fit fuir les Sarrasins et un butin important fut pris. Guaimar III, reconnaissant, supplia les Normands de rester. Ceux-ci refusèrent, mais promirent d'apporter ses riches cadeaux à leurs compatriotes en Normandie et de leur parler de l'offre de récompense en échange d'assistance militaire à Salerne. Certaines sources disent même que Guaimar III envoya des émissaires en Normandie pour en ramener des chevaliers. Ce récit de l'arrivée des Normands est parfois appelée la « tradition de Salerne »j 1.

La « tradition de Salerne » fut pour la première fois rapportée par Aimé du Montcassin dans son Ystoire de li Normant entre 1071 et 1086. Pierre le Diacre emprunta à Aimé du Montcassin beaucoup d'information la concernant pour sa continuation de la Chronica Monasterii Casinensis de Léo d'Ostie, écrite au début du xiie siècle. A partir des Annales ecclésiastiques de Cesare Baronio, au xvie siècle, la tradition de Salerne devint l'histoire communément acceptéej 2. Sa précision factuelle fut périodiquement mise en doute durant les siècles qui suivirent, mais elle a depuis été acceptée, avec certaines modifications, par la plupart des chercheurs4.

Un autre récit historique sur l'arrivée des premiers Normands en Italie apparaît dans les premières chroniques sans qu'il y soit fait référence à une présence normande antérieure. Cette histoire a été appelée la « tradition de Gargano »j 1. En 1016, des pèlerins Normands venus au sanctuaire de l'archange saint Michel, dans la région du Gargano, y rencontrèrent le seigneur lombard Melo de Bari qui les convainquit de se joindre à lui pour attaquer le gouvernement byzantins des Pouilles.

Comme pour la tradition de Salerne, il existe deux sources primaires pour la tradition de Gargano : la Gesta Roberti Wiscardi de Guillaume de Pouille, datée d'entre 1088 et 1110, et la Chronica monasterii S. Bartholomaei de Carpineto d'un moine nommé Alexandre, écrite environ un siècle plus tard et basée sur le travail de Guillaume de Pouillej 3. Certains chercheurs ont combiné les récits de Salerne et de Gargano, John Julius Norwich suggérant que la rencontre de Melo de Bari avec les Normands avait été préalablement organisée par Guaimar III5, Melo de Bari ayant été à Salerne juste avant de se trouver au Monte Gargano.

Une autre histoire relate l'exil volontaire d'un groupe de frères de la Famille Quarrel-Drengot. L'un des frères, Osmond selon Orderic Vital, ou Gilbert selon Aimé du Montcassin et Pierre le Diacre, aurait assassiné un certain Guillaume Repostel en présence du duc de Normandie Robert le Magnifique. Guillaume Repostel se serait vanté avoir déshonoré la fille de son futur meurtrier et en aurait été tué. Menacé lui-même de mort, le meurtrier Drengot fuit le pays avec sa fratrie pour Rome, où l'un des frères eut une audience avec le Pape, avant de rejoindre Melo de Bari. Aimé du Montcassin date ces évènements d'après l'an 1027 et ne mentionne pas de Pape. Selon lui, les frères de Gilbert étaient Osmond, Rainulf, Asclettin et Raoul (ou Raulf).

L'assassinat de Repostel se situe d'après toutes les chroniques sous le règne de Robert II le Magnifique, donc après 1027, cependant certains chercheurs pensent que Robert est une erreur scripturale à la place de Richard, et qu'il eut lieu sous le règne de Richard II de Normandie, duc en 1017j 4. La plus ancienne date est nécessaire si l'on veut relier l'émigration des premiers Normands avec les frères Quarrel-Drengot et le meurtre de Guillaume Repostel. Dans les Histoires6 de Raoul Glaber, un « Rudolfus » (Raoul, ou Rodolphe) quitte la Normandie après avoir déplu au comte Richard (à savoir Richard II)j 5. Les sources divergent quant à savoir qui parmi les frères était le meneur du voyage vers le sud. Orderic Vital et Guillaume de Jumièges, dans sa Gesta Normannorum ducum, donne le nom de Rudolf. Léo d'Ostie, Aimé du Montcassin et Adémar de Chabannes parlent de Gilbert. Selon la plupart des sources italiennes, le chef du contingent normand à la bataille de Cannes en 1018, est Gilbert7. Si Rudolf le frère Drengot ne fait qu'un avec celui du récit d'Aimé du Montcassin, alors Rudolf était peut-être le chef de la bataille de Cannesj 6.

Une autre hypothèse, moderne, concernant l'aventure des Normands dans le Mezzogiorno implique les chroniques de Glaber, d'Adhémar, et de Léo d'Ostie (pas la continuation de Pierre le Diacre). Les trois chroniques indiquent que des Normands (allant d'une quarantaine à deux cent cinquante), sous la conduite de « Rudolfus » (Raoul), fuyant la colère de Richard II, allèrent voir le Pape Benoît VIII à Rome, qui les envoya à Salerne ou Capoue se battre contre les Grecs, envers qui le Pape était alors en conflit au sujet de leur invasion au Bénévent (sous tutelle papale)j 7. Ils y rencontrent alors les primats du Bénévent : Landolf V de Bénévent et Pandolf IV de Capoue et peut-être Guaimar III de Salerne et Melo de Bari. Sur le fondement de la chronique de Léo d'Ostie, Rudolf est supposé avoir été la même personne que Raoul de Tosnyj 8.

Si les premières actions militaires normandes dans le sud de l'Italie furent celles de mercenaires à la solde de Melo dans sa bataille contre les Grecs en mai 1017 (ce sont en tout cas les premières attestées), les Normands durent probablement quitter la Normandie entre janvier et avril de cette annéej 9.

(à écrire et/ou traduire de en:Norman conquest of southern Italy) Conquête de la Sicile (1061-1091)

(à écrire et/ou traduire de en:Norman conquest of southern Italy)

La traversée du détroit par les normands n'est que la conséquence logique de la domination qu'ils avaient établi dans le sud de l'Italie. De plus, le pouvoir des emirs Kalbites est affaibli dans l'île, il est morcelé entre caïds:

  • Ibn Mankut contrôle la partie occidentale depuis Trapani
  • Ibn al-Hawwas contrôle l'intérieur de l'ile et Agrigente au sud
  • Ibn al-Maklati contrôle Catane
  • Ibn al-Thumma prend le pouvoir à Syracuse

En 1060, Ibn al-Hawwas attaque Ibn al-Maklati, ce dernier demande l'aide des Normands qui débarquent, sous ce prétexte, à Messine en 1061. Aidé de son frère Robert Guiscard, Roger de Hauteville, comte de Sicile depuis son fief de Mileto depuis 1061, va assumer l'essentiel de la conquête. Les normands, malgré leur faible nombre prennent Messine en 1061; Rometta, Milazzo, Troina, Petralia en 1062; et, en 1063, les normands remportent une victoire retentissante à Cerami contre une armée musulmane plus importante. Ainsi, le Val Demone (qui correspond à la région nord-est de l'île) est maitrisé. Ensuite, il y ralentissement de la conquête jusqu'à 1071/1072 où celle-ci connait un regain: prise de Catane, Mazara et surtout Palerme. Après cette progression, les musulmans comprennent qu'il faut s'unir, Benavert devient le chef de l'ultime résistance musulmane qui occupe le sud et le sud-est de l'île. Celui-ci réoccupe Catane de 1075 à 1081 et pille la Calabre normande notamment. Il faudra attendre 1086 pour que Syracuse tombe (mort de Benavert), Agrigente suit le même destin; en 1086 aussi, le Hammudide qui défend Castrogiovanni se rend et se convertit au christianisme. Enfin, en 1091, la dernière citadelle, celle de Noto, tombe. En 30 ans, les normands prennent possession de la Sicile, cette conquête est longue car les normands étaient peu nombreux et celle-ci fut ponctuée par de récurrentes redditions de localités à négocier. De plus, l'on retrouve un caractère saccadé dans la progression car les normands luttaient sur d'autres fronts.

Bibliographie

(en) Bachrach, Bernard S. (en) « On the Origins of William the Conqueror's Horse Transports. », Technology and Culture, Vol. 26, No. 3. (juillet 1985), p. 505–531. (fr) Bouet, Pierre, Les Normands en Sicile, article dans le Bulletin de la S.H.A.O., t. CXX, n° 1-2, mars-juin 2001, Alençon (numéro intitulé Les Le Veneur de Carrouges – Les Normands en Sicile), p. 61-91. ↑ a, b, c, d et e Pierre Bouet, p. 61-91. ↑ Pierre Bouet, p. 62. (fr) Chalandon, Ferdinand. Histoire de la domination normande en Italie et en Sicile. Paris, 1907. (en) France, John. « The Occasion of the Coming of the Normans to Italy. », Journal of Medieval History (en), Vol. 17 (1991), p. 185–205. (fr) Gay, Jules. L'Italie méridionale et l'empire Byzantin: Livre II. Albert Fontemoing, Paris, 1904. (en) Gravett, Christopher, et Nicolle, David. The Normans: Warrior Knights and their Castles. Osprey Publishing, Oxford, 2006. (en) Houben, Hubert (traduit de l'allemand par Graham A. Loud et Diane Milburn). Roger II of Sicily: a ruler between East and West, Cambridge University Press, 2002. ISBN 0521655730 (en) Joranson, Einar. « The Inception of the Career of the Normans in Italy: Legend and History. », Speculum: A Journal of Medieval Studies (en), Vol. 23, No. 3. (juillet 1948), p. 353–396. ↑ a et b Joranson, p. 355 et note 19. ↑ Joranson, p. 356. ↑ Joranson, p. 358. ↑ Joranson, p. 369. ↑ Joranson, p. 371. ↑ Joranson, p. 371, conteste l'identité entre les deux Rudolf. ↑ Joranson, p. 371-373. ↑ Joranson, p. 373. Léo d'Ostie l'appelle « Rodulfus Todinensis ». ↑ Joranson, p. 372. (en) Loud, Graham Alexander. « How 'Norman' was the Norman Conquest of Southern Italy? », Nottingham Medieval Studies, Vol. 25 (1981), p. 13–34. (en) Loud, Graham Alexander. « Continuity and change in Norman Italy: the Campania during the eleventh and twelfth centuries. », Journal of Medieval History (en), Vol. 22, No. 4 (décembre 1996), p. 313–343. (en) Loud, Graham Alexander. « Coinage, Wealth and Plunder in the Age of Robert Guiscard. », English Historical Review (en), Vol. 114, No. 458. (Sep., 1999), p. 815–843. (en) Matthew, Donald. The Norman Kingdom of Sicily. Cambridge University Press, 1992. (en) Norwich, John Julius. The Normans in the South 1016-1130. London, Longman, 1967. (en) Norwich, John Julius. The Kingdom in the Sun 1130-1194. London, Longman, 1970. (en) Skinner, Patricia. Family Power in Southern Italy: The Duchy of Gaeta and its Neighbours, 850-1139. Cambridge University Press, 1995. (fr) Jansen Philippe, Nef Annliese, Picard Christophe. La Méditerranée entre pays d'Islam et monde latin (milieu XIe-milieu XIIIe siècle), CDU SEDES, 2000 Sources primaires[modifier] (en) Leeds University Medieval History Texts Centre, avec des sources primaires disponibles en version traduites en anglais à la section « The Norman Kingdom of Sicily » (la) Gaufredo Malaterra (Geoffroi Malaterra), De rebus gestis Rogerii Calabriae et Siciliae comitis et Roberti Guiscardi ducis fratris eius sur le site The Latin Library (en) (la) Guillelmus Apuliensis (Guillaume de Pouille), Gesta Roberti Wiscardi sur le site The Latin Library. (la) Lupus Protospatarius Barensis, Rerum in regno Neapolitano gestarum breve chronicon, ab anno sal. 860 vsque ad 1102, sur le site The Latin Library. Notes et références[modifier] ↑ L. R. Ménager, « Inventaire des familles normandes et franques émigrées en Italie méridionale et en Sicile (XIe-XIe siècles) », in Roberto il Guiscardo e il suo tempo. Relazioni e communicazioni delle prime giornate normanno-sveve (Bari, 1973), Rome, 1975, p. 189-214. ↑ « Les Normands en Méditerranée », Dossiers d'Archéologie n° 299 du 01/12/2004. [archive] ↑ « Les Normands en Méditerranée », Dossiers d'Archéologie n° 299 du 01/12/2004 (Sommaire). [archive] ↑ Autant Chalandon que Norwich fournissent une histoire combinée basée sur les traditions de Salerne et de Gargano. Houben, page 8, présente la tradition de Salerne comme un fait. ↑ Chalandon établit une relation similaire entre les deux traditions. Joranson, p. 367, trouve ces hypothèses irréalistes. ↑ Raoul Glaber : les cinq livres de ses histoires (900-1044) publiés par Maurice Prou, chez A. Picard, Paris, 1886 (sur Gallica) [archive] ↑ Chalandon, p. 52. Norwich.

Articles connexes

Normands Histoire de la Sicile Royaume de Sicile Baronnage italo-normand Conquête normande de l'Angleterre

Liens externes

(fr) Les Normands, peuple d'Europe, programme européen RAPHAEL 1998, par la Ville de Caen avec le soutien de la Commission européenne. (it) Sur les aspects militaires de la conquête normande en Italie du Sud (« "Fino alle mura di Babilonia". Aspetti militari della conquista normanna del Sud. »), par Giovanni Amatuccio, extrait de Rassegna Storica Salernitana, n°30 (1998).